Une touche d’optimisme s’il vous plait

Nous avons tous dans notre entourage des personnes qui voient le verre à moitié vide plutôt qu’à moitié plein. Et souvent, elles ont cette faculté incroyable de nous plomber le moral.
Pourtant, être optimiste peut s’apprendre avec le temps. Avoir une vision positive de la vie, permet de l’accepter telle qu’elle est, avec son lot de joies, et de déconvenues. Chaque jour, nous pouvons faire la liste des petites choses positives qui nous arrivent. Les mettre en avant plutôt que de nous plaindre sans cesse. Il nous est souvent possible de transformer une expérience malheureuse en une action positive.
Être optimiste, c’est également, se donner l’occasion d’apprécier les petits bonheurs de la vie, que l’on a trop tendance à oublier.
Cependant, être optimiste n’est pas toujours facile. Cela ne veut pas dire, que tout va toujours bien. Face aux épreuves de la vie nous avons le droit d’être fatigués, et de ne pas avoir le moral.
En réalité, tout ceci n’est qu’un vaste jeu d’équilibre et un état d’esprit. Chacun est libre de choisir le sien. Mais si nous tenons honnêtement notre « livre de compte » intérieur », nous réalisons que tout ne va pas si mal.

 

positiv

© Aurélie Dechambre, le 23 juillet 2018.
Tous droits réservés.

 

 

 

Chronique d’une Endogirl à roulettes :chapitre 3

 

Voici un an, que je connais ton nom : Endométriose sous péritonéale profonde et inflammatoire.
Un an, que le diagnostic est tombé et que l’on me prend (enfin) au sérieux ! À cette époque, je ne réalisais pas encore, que j’allais entreprendre un long et difficile parcours…
Un an, que tu as bouleversé ma vie, notre vie.
Un an, que notre quotidien n’est plus tout à fait, le même.
Un an, que tu m’apprends à relativiser, à faire des choix.
Un an, que tu m’enseignes aussi la patience. Car il en faut du temps, pour trouver le bon traitement et parvenir à te rendre moins agressive.
Certaines personnes ne le comprennent pas, elles pensent qu’avec un seul médicament, tu vas me laisser tranquille. La réalité est toute autre… Car comme beaucoup de maladies chroniques, tu fatigues énormément, tu es très douloureuse et ne te guéris pas totalement. À force de traitements, tu parviens juste chez certaines femmes, à te mettre en sommeil.

Ces mêmes personnes me disent souvent « ta santé est devenue ta priorité ». Cette phrase commence très sérieusement à m’énerver ! J’ai envie de leur répondre que non… Je fais simplement face à la maladie, JE N’AI PAS D’AUTRE CHOIX.
Vivre avec une maladie chronique c’est tout d’abord l’accepter… Accepter, d’être en forme un jour, et fatiguée le lendemain. Accepter les rendez-vous médicaux à intervalle régulier. C’est aussi savoir profiter de l’instant présent, des petits plaisirs de la vie. Essayer de prendre les choses comme elles viennent.

Durant ma première année d’endogirl, j’ai rencontré des femmes formidables, d’autres malades, avec lesquelles je me suis investie dans de nouvelles associations.
Ensemble, nous militons pour que tu sois davantage reconnue. Avec leur soutien, je compte aider d’autres femmes handicapées atteintes d’endométriose.
Je suis convaincue que nous sommes nombreuses… J’aimerais tant que mon parcours puisse servir à d’autres.

En définitive, depuis un an, j’ai fait de toi, mon nouveau combat… Un combat que je mène avec le précieux soutien de mon mari et de ma famille.

Merci à eux !
Merci à vous de m’avoir lu.
© Aurélie Dechambre, le 12 juillet 2018.
Tous droits réservés.

endo

 

Merci Simone

Un an après son décès, Simone Veil a fait son entrée au Panthéon, aux côtés de son époux, Antoine.

À L’issue d’une cérémonie riche en symboles, le couple repose désormais aux côtés de Jean Moulin, André Malraux, René Cassin et Jean Monnet. Une Grande Dame parmi les Grands.

Rescapée des camps d’extermination, ministre de la Santé, première présidente du Parlement européen, Simone Veil fut une icône de la lutte pour les droits des femmes. Elle fit voter la loi sur l’IVG en 1974, et la première loi sur le handicap en 1975.
Son nom est gravé à jamais dans l’Histoire de notre pays. Respect pour cette grande figure du XXe siècle.

MERCI MADAME VEIL.

© Aurélie Dechambre, le 1er juillet 2018.

VEIL

Wake up and live

En définitive, la vie nous laisse toujours  deux choix : emprunter le chemin de la responsabilité ou emprunter celui de la facilité.


« Ce n’est pas de ma faute, je n’y suis pour rien. » Soyons honnêtes, cette phrase nous l’avons tous prononcé un jour ou l’autre.
Le chemin de la Facilité, nous permet de rester dans notre zone de confort. Il nous conforte dans notre rôle de victime. C’est toujours plus facile de rejeter la faute sur les autres, plutôt que d’assumer sa part de responsabilité.

Même si le chemin de la facilité est plus rassurant, plus confortable, il demeure malgré tout dangereux. À force de l’emprunter nous devenons spectateurs de nos vies et nous risquons de passer à côté.


A contrario, prendre le chemin de la responsabilité nous permet d’assumer sans esquive tout ce qui se passe dans notre quotidien. C’est aussi et surtout l’occasion d’arrêter de jouer les « Caliméro ». Les autres ne sont pas responsables de tout ce qui nous arrive.
Emprunter ce chemin demande du temps et du courage, car il nous oblige à la plus grande honnêteté envers nous-même. Il engendre souvent une profonde remise en question.


À partir du moment où je choisis le chemin de la responsabilité, je deviens actrice de mon existence. Je ne subis plus ma vie, je la vis.

Je suis responsable de ce que je te dis, pas de ce que tu veux entendre.

Je suis responsable de mes actes, pas des tiens.
Je suis responsable de mes choix, pas des tiens.

Je suis responsable de l’amour que je t’offre, pas de celui que tu veux recevoir.
Je suis responsable de ma vie, pas de la tienne.
© Aurélie Dechambre, le 31 mai 2018. Tous droits réservés.

wake (1)

Très chère amie,

Je me souviens de ce vendredi 19 mai 2017, en fin de matinée le téléphone sonna…

À l’autre bout du fil mon père m’annonça, que tu venais de prendre ton envol. Emportant avec toi, plus de trente ans d’amitié.
Ce soir, j’ai du mal à parler de toi au passé… J’ai du mal à t’écrire. L’émotion m’envahit, je préfère me remémorer nos bons moments. Ils sont si nombreux…Ton sourire et ton regard, restent gravés dans ma mémoire, et jamais je ne t’oublierai.

J’ai une pensée très émue pour ta famille, en particulier pour ta maman, avec qui tu avais une si belle relation…
Continue à reposer en paix.
Par la prière, nous demeurons unies pour l’Éternité.

© Aurélie Dechambre, le 19 mai 2018 – Tous droits réservés.

bougie

Et pourtant

 

Cinq passants inconscients,
Juste là au mauvais moment.
Loin d’imaginer que leur soirée finirait dans ce bain de sang.
Et pourtant…
Paris a été une nouvelle fois, la cible de cet acte dément.
L’homme abattu n’avait pas trente ans.
Et pourtant…
Cet acte ne doit pas être banalisé.
La guerre contre le terrorisme ne s’arrêtera jamais…

© Aurélie Dechambre, le 13 mai 2018 – Tous droits réservés.
(Hommage aux victimes de  l’attaque terroriste de Paris le 13 mai 2018.)

attaque

 

 

 

 

 

 

 

 

Au revoir Maurane…

Sa magnifique voix de velours, restera dans les mémoires. La chanteuse belge Maurane s’est éteinte à l’âge de 57 ans. La France l’avait découverte en 1988, dans l’opéra rock « Starmania ».
Ses titres les plus connus demeurent « Les mamas, Sur un prélude de Bach et Tu es mon autre ».
Cette artiste était bien connue pour son engagement et sa grande générosité. Elle faisait notamment partie de la trompe des « Enfoirées ». Elle a également joué quelquefois au cinéma.
Après deux ans d’absence Maurane venait d’annoncer son retour sur scène, et préparait un album hommage à Jacques Brel, qu’elle vient de rejoindre au paradis des grands de la chanson française.
Reposez en paix, bon voyage sur un air de prélude de Bach.

©Aurelie Dechambre le 8 mai 2018.

Tous droits réservés.

 

maurane

La magie de l’instant présent

Parfois, notre quotidien se teinte de couleurs sombres, la fatigue prend le dessus. Des angoisses profondes ressurgissent, les insomnies s’installent. Dans ces moments-là, nous nous imaginons les pires ses scénarios, et il est alors difficile de lâcher-prise. Il y a les grands drames de la vie, les deuils à faire, les blessures à panser, les problèmes matériels à surmonter.
Et soudain au milieu du joyeux bordel de l’existence, il y a un moment magique, une parole, un paysage qui nous apaise. Un arrêt sur image pendant lequel le temps s’arrête. Un moment où, nous savourons l’instant présent. Un moment pendant lequel les soucis s’évaporent. Un instant qui nous appartient et grâce auquel, nous nous autorisons à lâcher-prise.

©Aurelie Dechambre le 29 avril 2018
Tous droits réservés.

loire 2

 

 

Brisons le silence

Mon corps est souvent envahi par la douleur.
Parfois, je me laisse submerger par mes peurs.
Comment vivre avec cette maladie ?
Certains soirs, j’ai l’impression que mon ventre devient mon pire ennemi.

Un quotidien qu’il faut réadapter.
Des traitements, pour essayer de te stabiliser.
Toi l’endométriose, tu es une saloperie trop souvent ignorée.
Douleurs chroniques, désagréments intimes, grande fatigabilité, stérilité.

Dans mon corps, tu squattes à jamais.
Certains jours sont difficiles, mais ensemble nous devons cohabiter.
Alors, j’ai appris à t’accepter. De la vie, je veux profiter.

J’écris pour sensibiliser et informer.
Par l’endométriose, une femme sur dix est concernée.
Brisons le tabou et n’ayons pas honte d’en parler.

©Aurelie Dechambre le 13 avril 2018
Tous droits réservés.

 

endo .jpg

 

 

Step by Step

Le chemin de la Vie est  parfois tortueux, qu’importe la pluie ou les orages, l’important c’est d’avancer! Un pas après l’autre et tant pis si la route est longue.

Merci à ceux et celles qui m’aident et qui me soutiennent quand je flanche.
Merci à ceux et celles qui sèchent mes larmes lorsque je pleure.
Merci à ceux et à celles qui m’indiquent le chemin quand je me perds.
Merci à la vie…

Récemment, j’ai compris que je ne pouvais pas aider ceux qui ne veulent pas être aidés.
J’ai compris qu’il fallait cesser de demander de l’aide à ceux qui ne sont pas prêts à soutenir!
Maintenant que j’ai compris cela, je reprends mon chemin de manière  plus sereine.
© Aurélie Dechambre, le 30 mars 2018 – Tous droits réservés.

step

Respect Monsieur Beltrame

C’est avec émotion, que je publie ce billet… Je ne trouve pas les mots…

Je tiens à rendre hommage au Lieutenant-Colonel Arnaud Beltrame.

Ce gendarme, qui s’était substitué aux otages, lors de l’attaque terroriste de Trèbes, a succombé à ses blessures. Il était un Homme d’honneur avec de vraies valeurs.
Son abnégation et son courage me redonnent un peu de l’espoir en les Hommes de notre pays.
Que son sacrifice, nous aide à replacer les valeurs morales essentielles au sein de notre vie !
Merci Monsieur Beltrame, reposez en paix, vous méritez le respect de notre pays. 

© Aurélie Dechambre, le 25 mars 2018 – Tous droits réservés.

 

ARNAUD

Victimes innocentes

 

Daech a une nouvelle fois frappé,
Le département de l’Aude, fut au cœur de ces atrocités.
Dans l’horreur tant de vies ont basculé,
Tant de destins brisés,
Cette folie meurtrière ne s’arrêtera jamais…

Ils frappent n’importe qui, n’importe où
Ils sont totalement fous.
Ils tuent au nom de qui, au nom de quoi
Chaque attaque engendre tant de pourquoi.

Je pense à toutes ces victimes innocentes
De cette folie démente.
Tant de familles dévastées,
La guerre contre le terrorisme ne s’arrêtera jamais…

© Aurélie Dechambre, le 23 mars 2018 – Tous droits réservés.
(Hommage aux victimes des attentats de Trèbes et Carcassonne )

 

pensée

 

Stephen Hawking:ambassadeur de la science

L’astrophysicien britannique Stephen Hawking s’en éteint à l’âge de 76 ans. Il a consacré sa vie à décrypter les secrets de l’Univers.La NASA a salué « un physicien de renom et un ambassadeur de la science ».
Atteint de la maladie de Charcot, il se déplaçait en fauteuil roulant et n’avait plus l’usage de la parole depuis 1985.Il communiquait à l’aide d’une synthèse vocale.

Chercheur reconnu notamment pour ses découvertes sur les trous noirs, il devient une icône, en 1988,  après la publication de son ouvrage de vulgarisation scientifique « Une brève histoire du temps »

À L’écran, Stephen Hawking joue son propre rôle dans des séries comme « Star Trek », « The Big Bang Theory » et « The Simpsons ».  Il chante avec sa voix synthétique aux côtés de U2, Pink Floyd et même des Monthy Python.

Un grand géni nous quitte.Qu’il repose en paix.

©Aurélie Dechambre , le 14 mars  2018.

stephan

 

Enjoy the little things

Apprécier  l’instant présent. Accepter ce qui se présente.

Apprécier la vie, sa routine parfois ennuyeuse mais rassurante, ses bons et ses mauvais moments .

Apprécier le temps qui défile, le film des souvenirs à venir.

Apprécier le silence aussi, prendre le temps de l’écouter. Apprendre à se taire.

Apprécier ce que l’on  donne et ce que l’on reçoit. En saisir l’essentiel, l’essence de ce qui est.

Apprécier  la  chance et les opportunités que la vie nous offre.

©Aurélie Dechambre, le 12.03.2018

– Tous droits réservés

enjoy

Amour, compassion, bienveillance

AMOUR

COMPASSION

BIENVEILLANCE

Quelle place ces trois mots occupent-ils  dans notre vie?
Sont-ils  au  centre de nos préoccupations ou au contraire  se font-ils discrets dans notre existence?
Et si nous relevions un défi?
Et si nous nous engagions à ajouter , une bonne dose  d’amour, un soupçon supplémentaire de  compassion et de bienveillance dans notre quotidien.

©Aurélie Dechambre, le 04  Mars  2018.Tous droits réservés.

La-Compassion

 

 

Mon recueil « Ose croire en tes rêves »

L’écriture est ma passion.Écrire  est  ma manière d’exister, de rêver.

En mars 2016, j’ai publié mon recueil « Ose croire en tes rêves » en auto-édition. Certains poèmes sont autobiographiques, d’autres pas. Je n’écris pas nécessairement sur mon handicap. Des mots mis bout à bout pour exprimer mon amour de la vie…

Il me reste quelques exemplaires .

 

Vous pouvez  passer commande via la rubrique contact ou sur ma page Facebook

 

Le livre version numérique est disponible sur les sites de la Fnac, bookelis

Bonne lecture à vous.

DEC V014451-00 Livre_Poeme_1er_COUV

Le bonheur se cultive

Tel un grand jardin, le bonheur se cultive avec patience et amour.
Tous les jours, il nous faut l’arroser,  l’entretenir, en prendre soin.
Mais, le bonheur vient avant tout de l’intérieur et non de l’extérieur.
Il ne dépend pas de ce que nous avons mais bel et bien de ce que nous sommes.
Alors, chaque jour cultivons notre bonheur et décidons de ce que nous voulons « être » et non ce que nous voulons « avoir ».

 

Aurélie Dechambre, le 25 février2018. Tous droits réservés.

cultivons(1)

 

 

 

Prendre la vie, comme elle vient.

 

Nous prévoyons des choses, nous construisons des projets, mais régulièrement les aléas de la vie viennent bouleverse notre organisation. Il y a toujours des impondérables que nous ne pouvons pas maîtriser.
Face à ces imprévus nous avons deux choix :
Nous pouvons soit, nous révolter, en vouloir à la terre entière, chercher un coupable ou une explication à tout prix… Ou bien, nous pouvons accepter la situation telle qu’elle se présente. Accepter que nous n’avons pas toujours le contrôle, que nous devons lâcher prise.
Moi-même, j’ai dépensé beaucoup d’énergie à essayer de résoudre des problèmes insolubles. Je me suis épuisée, pour des situations qui n’en valaient pas la peine. Aujourd’hui, j’en ai parfaitement consciente et même si cela me demande un gros travail, j’essaie de lâcher-prise sur ce qui m’affecte.
Avec le temps, j’apprends à laisser partir, à faire mes deuils. J’apprends à vivre avec une maladie chronique, loin ceux que j’aime. J’apprends à accepter, les rendez-vous annulés et les changements de dernière minute. Au final, j’accepte que ma vie soit différente.
Prendre les choses comme elles viennent, c’est aussi faire confiance à la vie. Il est parfois bon de la laisser faire,  de se laisser guider.

©Aurélie Dechambre, le 20 février 2018.Tous droits réservés.

 

LAC

Graines d’Amour

Pour certains la Saint valentin n’est qu’une fête commerciale, pour d’autres c’est l’occasion de passer du bon temps en amoureux. Au final, chacun est libre d’interpréter cette journée comme il l’entend.
L’essentiel est de se rappeler que L’Amour se vit. Il se fait avec respect. Il se donne et se reçoit. Il se partage à l’infini. Alors n’hésitons pas à semer des graines d’amour autour de nous.
En ce 14 février j’ai envie de partager ce poème écrit à l’occasion d’un concours d’écriture, organisé par le magazine Faire face, sur le thème de la Saint Valentin.

« Je t’aime,
Au présent, chaque instant,
D’un amour brûlant.
Je t’aime,
Au beau milieu de la nuit,
Dans le silence, ou dans le bruit.
Je t’aime,
Lorsque tes mains douces me touchent, et m’explorent,
Lorsque tes paumes me sculptent, me découvrent.
Je t’aime,
En toute simplicité,
Au détour d’un moment partagé,
Au gré de nos envies d’intensité. »

©Aurélie Dechambre, le 14 Février  2018.

Tous droits réservés.

coeur

 

 

Partenaires particuliers…

Nous sommes si complémentaires
L’un à l’autre
Chacun avec notre histoire, notre vécu,
Chacun avec notre handicap aussi…
La vie nous a façonnés….
Elle nous a parfois, malmenés…
L’un et l’autre
Nous avons appris du passé.
Au présent aujourd’hui, nous nous aimons.
Et avançons dans cette même direction.
Aucune histoire ne se ressemble
La nôtre est construite
Sur un amour sincère
Sur un profond respect
Sur cette foi qui nous porte
Sur des valeurs qui nous lient.

Aurélie Dechambre, le 13 février 2018 .Tous droits réservés.

nous

La beauté de la vie

Mère Térésa disait  » La vie est beauté. Admire-la »

Au cœur nos expériences les plus douloureuses se loge la possibilité de croire en la beauté de la vie, en l’Amour, et en l’espérance. À chaque instant, nous décidons de voir ou non la beauté des choses. Nous pouvons toujours, nous émerveiller d’un tout petit rien, qui nous redonne le sourire. Lorsque nous y parvenons, les épreuves de la vie, nous paraissent moins pénibles.

©Aurélie Dechambre, le 11 février 2018. Tous droits réservés.

La-vie-est-beauté


 

Écrire la vie

 

Écrire la vie,
Avant qu’elle ne s’envole,
Avant que ma mémoire virevolte,
Avant, que mon esprit s’étiole.

Écrire la vie,
Écrire aujourd’hui,
Et se construire des souvenirs à l’infini.

Écrire la vie
Pour capturer le présent,
Et savourer l’instant,
Pour arrêter le temps.

Aurélie Dechambre, le 6 février 2018. Tous droits réservés.capturer

 

 

Mais au final, pourquoi j’écris ?

Je me demande souvent, ce qui me pousse à écrire. Quelle est finalement ma relation à l’écriture ?
Voici quelques éléments de réponse : tout d’abord, j’écris parce que cela me fait du bien. Je compose depuis l’enfance, même si je ne le fais pas toujours avec la même assiduité.
Depuis toutes ces années, j’en ai rempli des petits carnets de notes… Des dizaines de poèmes, de lettres, de textes autobiographiques, soigneusement rangés dans une boîte à secret… J’envisageais de publier un roman, mais au final je crois que ce n’est pas mon style. Je ne cherche pas à devenir écrivaine.
J’éprouve simplement l’envie de partager des tranches de vie. Un peu comme un photographe qui avec ses clichés va saisir l’éphémère. L’actualité, la vie, le bonheur, la philosophie zen sont des sujets qui m’inspirent beaucoup.

J’écris sur ce qui me touche, et me fait grandir. Je laisse glisser ma plume, au gré de mes envies, et de mes émotions. J’écris pour me souvenir, pour ne pas oublier. J’écris aussi, sur mes zones d’ombre, mon handicap et mon endométriose; je me livre parfois sans avoir l’assurance d’être comprise.

Le plaisir d’échanger avec vous, chers lecteurs, est bien réel même si je le reconnais, l’exercice est difficile. Je m’interroge souvent sur le manque de retour.
Cependant, je tiens à vous remercier pour votre fidélité. Vous êtes, de plus en plus nombreux, à me lire, à me suivre sur les réseaux sociaux et je m’en réjouis.

En 2018, je continuerais d’écrire, c’est ma bulle d’oxygène à moi, ce qui me permet de voir la vie différemment et de positiver. Écrire est aussi manière de réagir à l’actualité et de participer à la vie de notre société.

©Aurélie Dechambre,le 03 février 2018.

ecriture

 

Derrière nos murs

Afin d’éviter de souffrir, notre premier réflexe est de nous barricader. Nous avons tous tendance à construire des murs, autour de nous. Ces derniers cloisonnent et délimitent notre quotidien. Grâce à eux, nous pensons garder le contrôle. On se croit en sécurité.
Mais au fil du temps, ces murs nous paraissent étroits et  nous avons l’impression d’étouffer. Nous nous replions sur nous-mêmes. Installés dans notre zone de confort, nous  en oublions l’essentiel : La vie.  Cependant, la vie ne se contrôle pas, elle se vit.

Par contre, nous ne pouvons pas, la vivre pleinement derrière nos murs.
La vie est courte, alors libérons-nous de nos murs, et profitons-en.

©Aurélie Dechambre, le 27 janvier 2018.

enjoy

 

 

 

 

 

 

 

À ceux que j’aime…

 L’année 2017 fût assez rude. Le cancer a emporté plusieurs de mes proches ( amie d’enfance et membres de ma famille). Parce que leur départ me laisse un vide immense, je leur dédie ce poème amérindien trouvé sur un autre blog:

« Quand je ne serai plus là, lâchez-moi !
Laissez-moi partir
Car j’ai tellement de choses à faire et à voir !
Ne pleurez pas en pensant à moi !
Soyez reconnaissants pour les belles années
Pendant lesquelles je vous ai donné mon amour !
Vous ne pouvez que deviner
Le bonheur que vous m’avez apporté !
Je vous remercie pour l’amour que chacun m’a démontré !
Maintenant, il est temps pour moi de voyager seul.
Pendant un court moment vous pouvez avoir de la peine.
La confiance vous apportera réconfort et consolation.
Nous ne serons séparés que pour quelques temps !
Laissez les souvenirs apaiser votre douleur !
Je ne suis pas loin et et la vie continue !
Si vous en avez besoin, appelez-moi et je viendrai !
Même si vous ne pouvez me voir ou me toucher, je sera là,
Et si vous écoutez votre cœur, vous sentirez clairement
La douceur de l’amour que j’apporterai !
Quand il sera temps pour vous de partir,
Je serai là pour vous accueillir,
Absent de mon corps, présent avec Dieu !
N’allez pas sur ma tombe pour pleurer !
Je ne suis pas là, je ne dors pas !
Je suis les mille vents qui soufflent,
Je suis le scintillement des cristaux de neige,
Je suis la lumière qui traverse les champs de blé,
Je suis la douce pluie d’automne,
Je suis l’éveil des oiseaux dans le calme du matin,
Je suis l’étoile qui brille dans la nuit !
N’allez pas sur ma tombe pour pleurer
Je ne suis pas là, je ne suis pas mort. »

coeur

 

 

 

I believe in joy

✨✨I believe in joy ✨✨

Je crois au bonheur.
Je crois à la paix et à l’amour 💖
Je crois aux petits miracles de la vie.
Je crois la tolérance et la bienveillance.
✨✨✨✨
Je choisis le positif.
Je choisis d’avancer dans l’espérance.
Je choisis d’être à l’écoute de l’autre.
Je choisis d’être responsable de ma vie.
Je choisis de semer ou non de la joie.
©Aurelie Dechambre,le 20 janvier 2018.
Tous droits réservés.

joy(1)

Très chère endométriose,

Je parle souvent de toi avec humour et autodérision. Mais ce soir, je t’écris parce que j’ai peur… Peur de voir à quel point tu peux me rendre malade, et fatigable. Peur de voir l’impact que tu as sur ma vie.

Lors de ma dernière consultation, ma gynécologue m’a confirmé ton nom : « Endométriose sous péritonéale inflammatoire et digestive », elle m’a également montré quelques photos de toi… J’ai alors, réalisé que tu te propageais à une vitesse folle. Quand vas-tu t’arrêter ? Tu tisses une jolie toile d’araignée à l’intérieur de mon ventre. Tu es là bien au chaud… Et moi, je lutte contre cette douleur…

Cependant, je n’éprouve pas de rancœur à ton égard. Je le sais, tu ne m’as pas choisi. Me révolter contre toi ne me servirait à rien. Si ce n’est qu’à augmenter mon stress et mes douleurs. Tu fais maintenant partie de moiet je dois apprendre à cohabiter avec toi.

Par contre, je suis en colère contre la réaction de certains médecins : en effet, la médecine fonctionne par catégorie. Chaque spécialiste s’occupe de sa partie, sans traiter le problème dans sa globalité. Et surtout, je suis en colère contre cette sécurité sociale qui ne veut pas te reconnaître à 100 %. Mon handicap moteur l’est déjà, il ne faudrait pas abuser… Tu es encore une maladie peu reconnue et mal remboursée.

Pour terminer, cette lettre, je tiens à te remercier. Grâce à toi, j’apprends la patience et à lâcher le superflu. Je vis là ici et maintenant, je savoure les bons moments. Car aussi chaotique qu’elle puisse être, la vie me réserve encore de très belles choses.

©Aurélie Dechambre, 16 janvier 2018.

Tous droits réservés.

ENDO(1)

Fleuve d’optimisme

Dans la vie,  je ne peux ni forcer l’amour ni forcer la paix.

Par contre, je peux véhiculer  ces deux valeurs un peu plus chaque jour.

Je peux semer davantage de bienveillance, et de tolérance.

Tous les matins, je peux faire  preuve de gratitude envers la vie.

Je peux m’éloigner de ce qui  me détruit.

Et garder en tête, ce qui me rend heureuse.

Avec le temps, je peux apprendre à faire de mes pensées  : un fleuve d’optimisme.

©Aurélie Dechambre, le 14 janvier 2018. Tous droits réservés.

vie

 

 

J’accepte  ma Vie  telle qu’elle est.
J’arrête de vouloir la changer.

J’arrête de me comparer à
Et  me contente de ce que j’ai.

❄️✨❄️
J’arrête de penser au passé et au futur.
ET  me concentre sur le présent.

⚛️✨ ⚛️

J’apprends surtout à l’aimer et à en prendre soin.
Car aussi chaotique qu’elle puisse être, la vie  me réserve de très belles choses.

🧡🧡🧡

©Aurélie Dechambre, le 09 janvier 2018.

Tous droits réservés.

vie

 

Toujours Charlie

Pour ne jamais  oublier :

Terrassée par l’horreur…
Il ne reste que les pleurs et la douleur…
Tuer pour une caricature ?
Attentat à la vie…
Attentat à la Liberté…
Attentat horreur…
Je pense à ces êtres humains qui dessinaient pour éveiller nos consciences…
Pour notre liberté…
À ces hommes qui ne vivaient que pour la liberté de la presse.
Pour dénoncer l’horreur et faire avancer le monde…
Écrire par espoir d’un monde meilleur…
Dessiner par utopie…
Dessiner par courage…
J’admire ces hommes qui préfèrent les traits…
Leur crayon comme arme…
Ils ne blessent que les egos…
Ils n’assassinent pas les hommes…

©Aurélie Dechambre

(Poème écrit le 8 janvier 2015 en hommage aux victimes des attentats de Charlie Hebdo, extrait du recueil  » Ose croire en tes rêves » )

 

charlie

 

 

Happy new year

 

Pour cette nouvelle année,

Je vous souhaite, de vivre pleinement et de profiter du présent.
Je vous souhaite de construire pas à pas votre bonheur.

Je vous souhaite de panser vos blessures, et de parvenir à lâcher prise.
Je vous souhaite, d’aimer intensément et de souvent dire, « je t’aime »
Je vous souhaite, d’être à l’écoute de votre cœur et de vos émotions.
Je vous souhaite, d’être bienveillants et de faire confiance à la Vie.

Je vous souhaite, d’être vous-même et de ne pas renoncer à vos valeurs.

Je vous souhaite, de croire en vos rêves, et de ne pas vous laisser décourager par les obstacles, que vous rencontrerez.

Je vous souhaite, d’être audacieux et de réaliser vos projets les plus fous. De tenter de nouvelles aventures.

Je vous souhaite, surtout, de rire et de passer de bon temps avec ceux qui vous aiment, et qui vous rendent forts et heureux. La vie est courte, ces moments sont précieux.

Pour 2018, je nous souhaite, à tous d’agir pour un monde meilleur et d’en profiter plus sereinement.

Bonne et Heureuse année à tous, et toutes !

©Aurélie Dechambre , le 4 janvier 2018.

année

 

 

 

 

 

 

Demain la lumière reviendra

 

Dans la vie, nous avons tous notre croix à porter. Nous faisons de notre mieux, avec ce que nous avons. Aucun chemin n’est prédéfini à l’avance, il se construit pas à pas.

Malgré les difficultés, la maladie, nous pouvons tous trouver une bonne raison d’être reconnaissants envers la vie. Elle nous offre de si beaux moments, ne les oublions pas.

Alors, si certains soirs, nous avons l’impression que tout s’écroule, posons-nous un instant. Laissons sortir nos émotions, notre colère notre tristesse…

Demain est un autre jour. Demain, la lumière reviendra.
©Aurélie Dechambre, le 29 décembre 2017.

vie

 

 

Joyeux Noël

Avec quelques jours d’avance,  je vous souhaite de très belles fêtes de Noël. Qu’elles soient, pour tous,  synonymes de joie et d’amour. Profitez de ces instants, ils sont précieux.

Une grande pensée pour personnes isolées, démunies, qu’elles puissent trouver un peu de réconfort et  une oreille attentive, en cette période de fête.

©Aurélie Dechambre, le 21 décembre 2017.

Noel

Toi,mon amie d’enfance

 

Il y a six mois, tu prenais ton envol… Tu déployais tes ailes pour rejoindre le paradis. Je sais, que tu y sens bien. Six mois déjà, et, pourtant, tu es toujours si présente. Tu as une place de choix dans mes souvenirs, dans mes prières.
J’aime me rappeler, de nos bons moments : je me souviens entre autres, de nos séances de kiné, de nos colos et de ce réveillon de 2007… Tous ces nombreux moments, nous ont permis de construire une très belle amitié qui ne s’éteindra jamais. Repose en paix.

©Aurélie Dechambre, le 19 décembre 2017.

paradis

 

Je rêve d’un monde…

Je rêve d’un monde,
Aux mille éclats de rire,
Où la haine ne serait qu’un mauvais souvenir,
Où l’amour régnerait en maître,
Où la paix serait la reine de la fête.
Je rêve d’un monde,
Où les cœurs battraient à l’unisson,
Où le soleil brillerait en toute saison,
Où la souffrance n’existerait plus,
Où la tolérance redeviendrait notre unique vertu.

©Aurélie De Chambre, le 17 décembre 2017.

 

monde

 

 

 

Les bons moments d’la Vie

🌈🌟🌟🌟La vie est une succession de petits bonheurs, de petites réussites et de moments plus difficiles où les choses ne se déroulent pas comme on le voudrait.
Chérissez ces  » bon « moments, même s’ils sont éphémères, car ils adouciront les jours les plus pénibles de votre vie. 🧡
N’attendez pas demain, pour être heureux…🌟🌟🌟
©Aurélie Dechambre , 15 Décembre 2017.

fetes

37 ans d’amour…

Maman,
Il y a 37 ans, tu m’as offert le plus beau des cadeaux, la vie. Mère Teresa disait « La vie est un défi, relève-le. Ce défi, nous l’avons relevé ensemble. Certes, les choses n’ont pas toujours été faciles. Mais avec papa à nos côtés, nous n’avons jamais renoncé. Tant d’épreuves traversées, avec beaucoup d’amour et de complicités.
Tu m’as appris la persévérance, la tolérance et le partage. Tu m’as également transmis cette foi, qui me fait avancer. Toutes ces valeurs m’ont permis de devenir la femme, que je suis aujourd’hui, et par ces quelques lignes, je t’en remercie.

 

©Aurélie Dechambre, le 14 Décembre  2017.

MAMAN

 

L’écrivain du Bonheur

Surnommé l’écrivain du bonheur, Jean d’Ormesson a tiré sa révérence. Élégant pétillant, grand amoureux de la Vie, figure d’optimisme, il inspirait un profond respect. Il connaissait bien, la valeur et la beauté des mots.
Au paradis des immortels, reposez en paix Monsieur d’Ormesson et MERCI.

©Aurélie Dechambre, le 5 décembre 2017 

Hello Décembre

Les températures dégringolent, la neige a fait une discrète apparition puis s’en est allée. Pas de doute, décembre est bien là. Les décorations ont pris vie dans les villes, les magasins, les maisons. La féerie de Noël est partout. Avec elle, ses traditions et ses moments de détente.
Toutefois, je trouve que certaines traditions se perdent. La société de consommation transforme l’esprit de Noël. Pour beaucoup, la chasse aux meilleurs cadeaux est ouverte. Certes, je vous le concède, recevoir un présent fait toujours plaisir.
Mais pour ma part, Noël est avant tout, une fête religieuse que j’aime vivre en famille.
En ce temps de l’avent, j’ai une pensée particulière, pour les personnes isolées, démunies, endeuillées… Pour elles, cette période demeure très difficile. Malheureusement, je ne peux changer leur destin. Par contre, avec une parole bienveillante et chaleureuse, je peux adoucir leur quotidien. N’est-ce pas-là le véritable esprit de Noël ?

 

Je vous souhaite de passer un joli mois de décembre. Qu’il vous apporte le plein d’amour et de paix.
©Aurélie De Chambre, le 3 décembre 2017.

 

hello decembre

Mes péripéties d’endogirl à roulettes : Chapitre 2

Le 15 novembre 2017, ma petite saloperie et moi avions rendez-vous. Un tête-à-tête au bloc opératoire… Une date que je n’oublierai pas… Déterminée à gagner cette première manche, j’attendais ce jour avec une certaine impatience.

Mais, à mon réveil, j’ai pris conscience, qu’il faudrait beaucoup de temps, sans doute, d’autres interventions et un traitement à vie, pour parvenir à stabiliser cette endométriose. Après une très courte hospitalisation, digne d’un épisode de Grey’s Anatomy… Je suis de retour chez moi. Une période postopératoire assez compliquée, douloureuse, et fatigante.
L’endométriose est une maladie chronique complexe, il faut apprendre à vivre avec ses aléas. Pour le moment, je dois laisser le temps, faire son œuvre. Cela n’est pas toujours simple, mais j’ai confiance en la Vie.
N’en déplaise à certaines personnes, je continuerai à raconter sur ce blog, »mes histoires de nanas ». Non pas par manque de pudeur, mais parce que, j’en éprouve le besoin. Comme beaucoup de femmes atteintes de cette maladie, je brise enfin le silence.
Pour conclure, je tiens à remercier, mon mari, ma famille, mes amies pour leur précieux soutien.

©Aurélie Dechambre, le 26 Novembre 2017

endo

 

 

 

 

 

 

 

Paris pleure

Terrassée par l’horreur…
Il ne reste que les pleurs et la douleur…
Tuer pour une sortie ?
Attentats à la Liberté, attentats à la vie, attentats horreur…
Je pense à ceux qui sont tombés sous les balles, aux victimes de cet acte lâche et imbécile…
Je pense également à toi qui as ouvert ta porte et secouru ton frère humain, toi qui vis dans l’angoisse d’avoir un proche à l’hôpital, ou disparu…
Je pense fort aussi à toi qui es trop loin et que je voudrais pouvoir prendre dans mes bras…
Écrire pour ne jamais oublier…
Écrire pour ne pas céder à la peur, notre pays pleure…
Jeunesse qui ne demandait qu’à vivre…
Ce monde devient bateau ivre.
Attentats à la Liberté, attentats à la vie, attentats horreur…
(Poème écrit le 14 novembre 2015 en hommage aux victimes des attentats de Paris)

paris

Novembre et ses couleurs

Novembre est arrivé. L’automne est déjà bien installé, la fraîcheur aussi. À chaque saison, ses petits plaisirs. J’aime savourer une boisson bien chaude devant la TV. J’aime nos dimanches cocooning… J’aime la saison des raclettes et autres tartiflettes.
En novembre, la nature nous offre de nouvelles couleurs, de nouveaux paysages. J’aime aller flâner sur les bords de Loire, profiter des derniers rayons du soleil. Cet endroit m’apaise.
Depuis hier, le froid se fait plus intense, et d’ici peu la pluie inondera nos jours et adoucira nos nuits. En cette période, j’ai une pensée particulière, pour les personnes démunies. Essayons d’avoir un geste bienveillant à leur égard.

Dans quelques semaines, l’esprit de Noël, s’invitera dans nos cœurs, alors n’oublions pas ceux qui n’ont rien.

Je vous souhaite un bon mois de novembre rempli d’amour, de bienveillance, et de partage.
©Aurélie Dechambre, le 7 novembre 2 017.

Fall Leaves Autumn Forest Nature Wallpaper Macbook

 

 

 

 

Être soi

– Être soi, c’est oser faire tomber les masques. C’est cesser de vouloir ressembler aux autres.

– Être soi c’est emprunter son propre chemin, en se faisant confiance. C’est  mener la vie qui nous correspond réellement.

– Être soi, c’est assumer ses choix.C’est savoir reconnaître ses parts d’ombre et affronter ses peurs.

©Aurélie Dechambre, le 05 Novembre  2017.

etre soi

 

Manhattan

Ils ont encore frappé,
Ces assassins de l’Humanité.

Manhattan à son tour endeuillé,
Trop de destins brisés.

Attentats la vie, attentats à la liberté,
Cette folie ne s’arrêtera jamais.

Notre  monde ne tourne  pas rond,
Épuisé par tant cette fanatique déraison.

(Hommage aux victimes de l’attentat de Manhattan)
© Aurélie Dechambre, le 2 novembre 2017

new-york

 

Un jour à la fois

Parfois, il y a des moments où il n’y a rien à comprendre. Les épreuves s’enchaînent sans explications rationnelles.

Dans ces moments là, il est essentiel d’avancer un jour à la fois, un pas après l’autre, et surtout de laisser faire la Vie, de lui faire Confiance.
Même dans ces périodes compliquées, n’abandonne jamais. Quoiqu’il se passe dans ta vie, tu peux décider de le transformer en force.

©Aurélie Dechambre, le 29 Octobre 2017.

 

un jour

 

Si seulement…

 

Si seulement, j’avais une machine à remonter le temps,
Afin de pouvoir changer le cours des événements.

Si seulement, je pouvais retrouver mon âme d’enfant,
Vivre dans un monde moins violent.
Me plonger dans mes souvenirs d’antan,
Si seulement, si seulement…
Je ne pourrai jamais remonter le temps,
Et préfère vivre dans le présent.
Heureuse, d’être là ici et maintenant,
Aujourd’hui , j’évite les « si seulement ».

©Aurélie Dechambre, le 22 Octobre 2017

 

Si seulement

 

Au beau  milieu de la nuit,
Mon corps épuisé,
Mon esprit troublé,
Cherche le sommeil qui les fuit.

Aucune angoisse,
Aucune peur,
Juste ces douleurs,
Incapable  de m’envoler,
Dans les bras de Morphée.
Petite « saloperie » toujours présente,
À cette heure, tu me rends si impuissante.

©Aurélie De Chambre, le 15 octobre 2017.
Tous droits réservés.

nuit

 

Solidarité avec la Grèce.

En Grèce, au moins 80 personnes ont péri dans de terribles incendies. Des vents violents, une forte chaleur et de multiples départs de feu expliquent la gravité de la situation.

Trois jours de deuil national ont été décrétés
Ce soir, je souhaite juste exprimer ma solidarité à  la population grecque.
Pensées, compassion et prières aux victimes et aux familles endeuillées.

 

grece

© Aurélie Dechambre, le 25 juillet 2018.