Regarder autrement

Tu ne verras jamais le maquillage sur mes paupières,
Le rose de mes lèvres, ô mon mari aveugle !
Tu ne verras jamais le bronzage de ma peau,
Les rayons du soleil dans mes cheveux défaits…
Mais lorsque tes mains magiques me touchent, me lisent et m’explorent,
Lorsque tes paumes douces me sculptent, me découvrent,
Tu es obligé de toucher pour voir…
Ce regard si particulier me bouleverse de toute mon âme.

Aurélie Dechambre.
Extrait du recueil « Ose croire en tes rêves », publié le 3 Mars 2016.
Tous droits réservés.© 2016
DEC V014451-00 Livre_Poeme_1er_COUV