Sur le chemin du bonheur

À partir du moment, où nous avons décidé d’être heureux, des changements s’imposent dans notre vie. Nous, les humains, sommes des êtres imparfaits mais uniques. Nous luttons contre le malheur et encourageons le bonheur… Nos chemins d’existence se dressent, se croisent chacun avec leurs avantages et leurs désagréments. Soudain, nous choisissons le nôtre. Nous dessinons nos chemins de vie… Nous prenons tous des chemins différents…Cependant, nous pouvons tous, trouver une forme de sérénité…Le bonheur se construit chaque jour, pas après pas…

Pour ma part, j’ai décidé d’être heureuse, le jour où j’ai compris qu’il fallait vivre pour soi, et vivre dans le présent. Cela peut paraître égoïste. À une période de ma vie, j’ai eu besoin d’arrêter de me comparer aux autres…  Besoin de me consacrer à mes projets, d’assumer mes choix de vie…Il y a plusieurs mois, j’ai réalisé que je devais faire un tri dans mes relations. Certaines devenues étouffantes, me plongeaient dans un état d’esprit souvent négatif qui m’empêchait d’être heureuse.
Une  remise en question profonde, parfois douloureuse, mais au combien nécessaire…

Les petits tracas de la vie m’ont fait comprendre et appliquer ce proverbe : « il n’y a pas de chemin qui mène au bonheur, le bonheur est le chemin. »
Aujourd’hui, je suis convaincue, que le bonheur n’est pas une trajectoire, mais plutôt une destination à atteindre. Bien sûr, ce n’est pas simple, la vie est pleine d’embûches… Je tente, juste de profiter chaque petit moment et de le sacrer comme l’un des meilleurs moments de ma vie. Avec le temps, je me surprends à lâcher prise. J’éloigne ce besoin viscéral, de vouloir tout contrôler.

Ma quête du bonheur n’est sans doute, pas terminée…Mais pour moi, le bonheur, c’est ici et maintenant! La vie est trop courte, il faut savoir en profiter!!!
Demain n’existera peut-être pas… Hier, n’existe plus, forte mes erreurs, je vis l’instant présent. Ce présent m’offre de vivre, de rêver…
Mes rêves sont comme des passerelles, une sorte d’arc-en-ciel, des bouffées d’air qui me tirent vers le haut…
La véritable liberté, c’est de pouvoir s’évader, car une liberté sans rêve, c’est une prison dorée…

Voici ma vision du bonheur ce n’est peut-être pas la vôtre. Cependant, j’espère que mon texte pourra vous aider à trouver votre chemin.

Aurélie Dechambre 28 Janvier 2017, réflexion sur le bonheur.
Tous droits réservésbohneur

Les enfants de la guerre

Les marmots tombent,
Sous le poids des bombes,
Sombres dérives de ce monde…
Ils s’endorment sous le bruit des balles
La plupart sont sûrement fatales…
Terrain de jeu miné,
Débris d’armes, comme seul jouet
Soudain, un cri effrayant
Sous une tonne, de gravats étouffants…
Enfance volée… Pauvres gamins innocents…
Que font nos dirigeants ?
Le monde reste indifférent…
Les politiques, aveugles et sourds
Les marmots tombent tour à tour,
Notre monde devient dément…
Aurélie Dechambre ,  21 Janvier 2017 .
Tous droits réservés.
enfant

Chère communication

Chère communication,
Oh toi, que  j’ai  tant vénérée… Où es tu ? Que deviens-tu ?  Toi pour  qui  j’ai sacrifié cinq années universitaires.  Avec mes camarades, nous t’avons étudiée sous toutes les  coutures. De l’utopie de la communication, en passant par l’Histoire de la communication et des médias, pour terminer par un mémoire qui parlait encore de toi : « L’émergence de la presse gratuite : nouveau moyen de communication ? »Tu étais le centre de  toutes nos préoccupations.  Des discussions  qui nous animaient pendant des heures. Celles qui débouchaient sur de vraies relations humaines… Nous pensions, bouffionsdormions communication… Au fil du temps, tu es devenue plus virtuelle, cela est certes, pratique, je l’avoue… Mais ce virtuel est parfois  bien cruel.
Je m’explique : Aujourd’hui, sans Internet, tu ne communiques plus ou peu.  Tout se passe derrière l’écran, et tu ne vois plus les gens. Tu t’isoles petit à petit, sans même t’en rendre compte.
Effectivement,sur Facebook ou twetter, tu as 5000 amis… Cependant, combien en as-tu réellement ? Je parle des vrais…De ceux, qui répondent toujours présents.  Avec eux, comment communiques-tu ? Sur Facebook ,un SMS, par-ci, par là ? Prends-tu sincèrement  le temps de prendre de leurs  nouvelles ? Parviens-tu à approfondir ces relations ?
À mon sens, chère communication virtuelle, tu engendres une diminution des contacts, un changement dans l’interaction humaine….
Par exemple, un message écrit, envoyé trop rapidement, peut-être mal interprété…Une situation de communication se transforme alors, en une situation de non-communication… Sur la toile, tout n’est pas bon à dire, il faut savoir cultiver son jardin secret.  Par ailleurs, Les SMS sont, certes,  plus pratiques et beaucoup moins coûteux que nos veilles conversations téléphoniques d’autrefois…
A contrario, toi la communication virtuelle, tu as aussi tes bons côtés : tu rapproches les gens (géographiquement) éloignés, tu nous  fais gagner un temps considérable. Les mails ont remplacé l’encre et les papiers… Ils donnent une forme d’autonomie à certaines personnes, mais Internet en exclut d’autres. Pour finir,  tu nous fais économiser de l’argent.
Mais bon… à quoi bon, économiser si  nous ne prenons  plus le temps de communiquer, d’aller boire un verre entre amis… De vraiment partager…

Il y a des jours où je voudrais te retrouver… Retrouver l’intensité de nos échanges d’étudiants… Retrouver le sens premier du mot COMMUNICATION.
Aurélie Dechambre 10 Janvier 2017.(Tous droits réservés)
Texte écrit sur le vif, réflexion sur le sens de la communication.
com.png

Deux ans après…

Il y a deux ans, j’écrivais…

Terrassée par l’horreur…

Il ne reste que les pleurs et la douleur…

Tuer pour une caricature ?

Attentat à la vie…

Attentat à la Liberté…

Deux ans après, je ne peux oublier..

Tant de vies arrachées …

Monde de la presse endeuillé …

Liberté entravée …

Attentat à la vie…

Attentat à la Liberté…

Dessiner par utopie…

Il y a deux ans naissait l’esprit Charlie …

Aurélie Dechambre 7 janvier…2017

( Hommage aux victimes des attentats du7 janvier 2015) Tous droits réservés.Deux ans

En vers ma plume

Il y a des mots qui rient
Qui sentent bon la vie !
Mais, il y a parfois des mots qui pleurent
Des mots qui font peur
Des mots qui font parfois mal au cœur ……
Ne m’en voulez pas s’ils sont un peu boiteux
Ils sont livrés tel quel, pourvu qu’ils soient savoureux
Au fil de lectures qui vous rendent joyeux,
Mes mots tenteront d’être toujours soyeux !
Ils sont simplement le reflet de ma vie
Bercée entre soleil et perles de pluie,
Amour, Amitié, famille réunis,
Bravant souvent les interdits !
La mer guide mes nombreux tourbillons d’écume,
Le soleil de mon ciel effacera les brumes,
Tant que mes mots seront en vers de plume!
Aurélie Dechambre, 3 Janvier 2017 Tous droits réservés

plume 2