Wake up and live

En définitive, la vie nous laisse toujours  deux choix : emprunter le chemin de la responsabilité ou emprunter celui de la facilité.


« Ce n’est pas de ma faute, je n’y suis pour rien. » Soyons honnêtes, cette phrase nous l’avons tous prononcé un jour ou l’autre.
Le chemin de la Facilité, nous permet de rester dans notre zone de confort. Il nous conforte dans notre rôle de victime. C’est toujours plus facile de rejeter la faute sur les autres, plutôt que d’assumer sa part de responsabilité.

Même si le chemin de la facilité est plus rassurant, plus confortable, il demeure malgré tout dangereux. À force de l’emprunter nous devenons spectateurs de nos vies et nous risquons de passer à côté.


A contrario, prendre le chemin de la responsabilité nous permet d’assumer sans esquive tout ce qui se passe dans notre quotidien. C’est aussi et surtout l’occasion d’arrêter de jouer les « Caliméro ». Les autres ne sont pas responsables de tout ce qui nous arrive.
Emprunter ce chemin demande du temps et du courage, car il nous oblige à la plus grande honnêteté envers nous-même. Il engendre souvent une profonde remise en question.


À partir du moment où je choisis le chemin de la responsabilité, je deviens actrice de mon existence. Je ne subis plus ma vie, je la vis.

Je suis responsable de ce que je te dis, pas de ce que tu veux entendre.

Je suis responsable de mes actes, pas des tiens.
Je suis responsable de mes choix, pas des tiens.

Je suis responsable de l’amour que je t’offre, pas de celui que tu veux recevoir.
Je suis responsable de ma vie, pas de la tienne.
© Aurélie Dechambre, le 31 mai 2018. Tous droits réservés.

wake (1)

Très chère amie,

Je me souviens de ce vendredi 19 mai 2017, en fin de matinée le téléphone sonna…

À l’autre bout du fil mon père m’annonça, que tu venais de prendre ton envol. Emportant avec toi, plus de trente ans d’amitié.
Ce soir, j’ai du mal à parler de toi au passé… J’ai du mal à t’écrire. L’émotion m’envahit, je préfère me remémorer nos bons moments. Ils sont si nombreux…Ton sourire et ton regard, restent gravés dans ma mémoire, et jamais je ne t’oublierai.

J’ai une pensée très émue pour ta famille, en particulier pour ta maman, avec qui tu avais une si belle relation…
Continue à reposer en paix.
Par la prière, nous demeurons unies pour l’Éternité.

© Aurélie Dechambre, le 19 mai 2018 – Tous droits réservés.

bougie

Et pourtant

 

Cinq passants inconscients,
Juste là au mauvais moment.
Loin d’imaginer que leur soirée finirait dans ce bain de sang.
Et pourtant…
Paris a été une nouvelle fois, la cible de cet acte dément.
L’homme abattu n’avait pas trente ans.
Et pourtant…
Cet acte ne doit pas être banalisé.
La guerre contre le terrorisme ne s’arrêtera jamais…

© Aurélie Dechambre, le 13 mai 2018 – Tous droits réservés.
(Hommage aux victimes de  l’attaque terroriste de Paris le 13 mai 2018.)

attaque

 

 

 

 

 

 

 

 

Au revoir Maurane…

Sa magnifique voix de velours, restera dans les mémoires. La chanteuse belge Maurane s’est éteinte à l’âge de 57 ans. La France l’avait découverte en 1988, dans l’opéra rock « Starmania ».
Ses titres les plus connus demeurent « Les mamas, Sur un prélude de Bach et Tu es mon autre ».
Cette artiste était bien connue pour son engagement et sa grande générosité. Elle faisait notamment partie de la trompe des « Enfoirées ». Elle a également joué quelquefois au cinéma.
Après deux ans d’absence Maurane venait d’annoncer son retour sur scène, et préparait un album hommage à Jacques Brel, qu’elle vient de rejoindre au paradis des grands de la chanson française.
Reposez en paix, bon voyage sur un air de prélude de Bach.

©Aurelie Dechambre le 8 mai 2018.

Tous droits réservés.

 

maurane