Mes poésies

Ode à la douleur

Je te sens, chère douleur,
Bien installée,dans mon corps affaibli,
Laisse-moi, je t’en supplie
Mon corps pleure, mon ventre crie,
Sois discrète et polie,
Rendors-toi, ma jolie,
Je te sais là,
Toujours, à l’affût, de ma vie,
Omniprésente, je t’écris une nuit d’insomnie,
Je te sais là, ma pire ennemie,
Bien cachée, comme un trésor,
Toujours prête, à éclore.

©Aurélie Dechambre le 11.04.2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s