A nos frères libanais…


En ce funeste mardi,

Gronde la colère d’un peuple meurtri…

Dans un vacarme assourdissant,

Beyrouth pleure ses enfants,

Silence et ténèbres,

Tristesse et veillées funèbres.

Beyrouth, nation à l’agonie,

Dans tes rues n’errent plus,

Que des âmes perdues,

En quête du moindre signe de vie.

Beyrouth, ville dévastée,

Tu dois encore y croire,

La lumière succèdera à la nuit noire,

Force et courage à nos frères libanais.

©Aurélie Dechambre, Août 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s