Publié dans Bulles autobiographiques

Entre fatigue et nouveaux projets

Ce blog, je l’ai d’abord créé pour moi, comme une sorte de thérapie par l’écriture qui me permettait de mettre des mots sur mes maux. Au départ, il me tenait, à cœur, d’en faire une bulle d’expression et d’échange. Un outil de sensibilisation au monde du handicap. Si l’écriture ne me permet pas de marcher, elle me permet au moins de respirer.

Seulement, voila, depuis quelques mois, je n’arrive plus à tenir la cadence des débuts. Résultat, les articles s’empilent dans mes brouillons, à demi écrits, et ne sont jamais publiés. Parfois, j’aimerais avoir ‘un « super-pouvoir » qui me permettrait de retranscrire tous les articles qui me traversent l’esprit.

Quand je vois, certaines personnes poster chaque jour sur les réseaux sociaux, une partie de moi les admire et en même temps, je me demande sincèrement comment elles font. Cela demande tellement d’investissement, de temps, d’envie aussi.

Cela ne me ressemble plus, de partager autant. C’est très intime et intense d’écrire si régulièrement. Honnêtement, je ne m’en sens plus le courage. Il est vrai, que mes articles ici, se font plus rares. Rien de grave, mais trop de combats tue le combat. Ces derniers mois, ont été rudes. Je me sens un peu perdue dans le tourbillon de la vie, submergée par un flot de pensées, d’émotions et de questionnements. Il ne s’agit pas de quelque chose, d’intense ni d’insurmontable, mais plutôt d’une fatigue latente, accompagnée d’angoisses toujours présentes. Est- ce le blues de la quarantaine ? Peut-être, un peu. Quoi qu’il en soit, cette perte n’énergie, m’agace prodigieusement, car je ne parviens ni à mettre en forme mes textes, ni à concrétiser tous les projets qui fourmillent dans ma tête.

À la fin du mois,  » Dans la bulle d’Aurélie fêtera ses six ans… Cela me parait court et long à fois. Ai-je toujours envie de partager ici ? Honnêtement, je pense que oui, car paradoxalement l’appel des mots est toujours là, mais est-ce suffisant pour continuer ? Depuis quelque temps, je ne sais plus. L’inspiration et l’énergie reviendront sans doute demain, comme souvent. Une chose est certaine, je vais devoir un nouveau rythme, un nouvel angle de publication.

Pour cela, j’ai commencé à dépoussiérer cet endroit. Changement de thème, de couleurs, de typographie, réaménager les catégories, tout un travail minutieux ,qui je l’espère, m’aidera à donner un nouveau souffle à ce blog .

© Aurélie Dechambre

Publié dans Bulles autobiographiques

Réseaux sociaux, ces petites bêtes chronophages…

Il n’est que cinq heure du matin, un bip retenti déja! il s’agit d d’ une énième notification sur mon téléphone. Une fois, cinq dix fois, cinquante fois dans la journée, ce bip retenti. J’ai cinq messages non-lus sur Facebook, six nouveaux abonnés sur Instagram, et quinzaines tweets en attente .Simone m’a laissé un commentaire, Germaine a partagé une photo…

Il est déjà 18h, ma journée a filé , sans moi. J’étais là sans être là., trop absorbée par ces stories, ces partages. Au final, j’étais dans un fil quasi ininterrompu d’informations qui ne me m’intéressaient pas nécessairement, mais que je faisais défiler par habitude. Ces réseaux sociaux , ces petites bêtes chronophages me donnent, de, plus en plus, le vertige… On y trouve tout et n’importe quoi, certaines personnes y tiennent des propos violents, voir haineux. Etre visible et réactif , est devenu un phénomène de société. Ces derniers temps, ce balais incessant de notifications m’oppresse et j’éprouve le besoin de ralentir la machine infernale! Cette recherche de likes à tout va, ces chiffres qui ,à mon sens, ne veulent rien dire. Ralentir avant que ces bips ne deviennent trop assourdissant.

© Aurélie Dechambre

Publié dans Bulles poétiques

P. A. I. X

Ce soir, ma plume rêve d’ailleurs,
Et s’évade vers un monde meilleur,
Où règne l’Amour et la paix,
C’est là son plus grand souhait.

Ce soir, ma plume rêve d’un monde,
Sans violence ni bombes,
Dans lequel la tolérance,
S’imposerait comme une évidence.

©Aurélie Dechambre

Publié dans Bulles inspirées de l'actualité

Ukraine ma belle…

Ukraine ma belle ,tu vis des heures bien sombres,
L’horreur hélas, frappe à nouveau ce monde,
Tes civils partent en guerre,
Dans le froid glacial de l’hiver,
Face à ce monstre sanguinaire,
Qui se croit Dieu sur terre.

Ukraine ma belle, ton peuple tremble de peur,
Car un dictateur, sur ton sol, sème la terreur,
Dehors ,le chaos s’installe insidieusement ,
La résistance s’organise au milieu des bombardements,
Mais chaque nuit, tu t’endors à l’agonie,
L’Europe tente d’entendre l’angoisse de tes nuits,
Le réveil collectif doit faire mal,
Car les coups portés, te sont deja fatal.

Ukraine ma belle, nation dévastée,
Le monde t’aidera à te relever,
Tu dois encore y croire,
La lumière reviendra dans ta nuit noire.

©Aurélie Dechambre,


Publié dans Bulles poétiques

Simple bouffée d’oxygène

Loin de la transcendance des grands écrivains,
Qui portent la langue française aux creux de leur main,
Mes vers simples et maladroits,
Sont des petits bouts de moi.

La poésie est mon refuge,
Sans détour ni subterfuge,
Ma plume, ce soir, se livre,
D’un flot d’angoisses, elle me délivre.

La poésie demeure mon exutoire,
Une bouffée d’oxygène dans la nuit noire,
Je lui confie sans peur,
Mes doutes et mes erreurs,
Mes illusions perdues,
Qui ont fait de moi, cette femme éperdue.

© Aurélie Dechambre

Publié dans Bulles zen & lâcher prise

Les mots/Maux silencieux.


La vie nous nous enseigne le silence…

On se tait souvent par pudeur, par respect, par douleur… Certaines choses, demeurent trop intimes, trop douloureuses pour être dites, alors nous préférons les garder sous silence. Ces non-dits, propices aux doutes, sont anxiogènes et envahissent, fréquemment, notre quotidien. Douloureux, mais à mon sens, salutaires, ces derniers, nous permettent de prendre du recul au cœur de la tempête, de nous remettre cause, en se posant les bonnes questions: « Pourquoi nous taisons-nous ? », « En quoi notre silence est-il bénéfique ou dévastateur pour autrui ou pour nous même ? Il convient à chacun, de trouver sa propre réponse, de trouver sa juste mesure dans le fait de se taire ou non. Le silence, je crois, est l’une de nos libertés fondamentales. Cependant, s’en servir à bon escient n’est pas toujours évident.

Dans notre société toujours plus rapide et oppressante, ne serait-il pas bon de prendre le temps de se taire pour simplement écouter l’autre.

Je profite de ce billet, pour m’excuser auprès de ceux que mes silences ont parfois blessés, mais aussi auprès de ceux dont, je n’ai su écouter le silence et comprendre la souffrance.
© Aurélie Dechambre

Publié dans Bulles "pensées du jour"

Chronique, d’une mésaventure annoncée…

Article du Courrier Picard publié le 19/01/2022.

« La nouvelle résidence Mobicap d’Abbeville ne correspond pas aux attentes de leur handicap

Tous les deux en fauteuil roulant, Aurélie et David Dechambre ont quitté Orléans pour emménager, en octobre dernier, dans un logement adapté. Le couple estime que les services promis, dont une assistance 24 heures sur 24, n’y sont pas, malgré le loyer élevé.

Un logement avec une permanence et une assistance 24 heures sur 24  » et «  des services à la personne sur mesure  ». La brochure commerciale (éditée en début d’année 2020) de l’entreprise Mobicap, qui implantait sa première résidence pour personnes en situation de handicap et/ou perte d’autonomie boulevard des Prés à Abbeville, a fait mouche auprès d’Aurélie et David Dechambre.

Ce couple de personnes en situation de handicap (moteur et visuel, pour David) vivait alors à Orléans (Loiret). Tous deux souhaitaient notamment se rapprocher de la famille d’Aurélie. Ils ont emménagé dans la résidence le 15 octobre. Aujourd’hui, les époux Dechambre cherchent un nouveau logement.

« Notre handicap est acquis »

Ils précisent que deux auxiliaires de vie se relaient trois heures par jour chez eux : «  Nous ne sommes pas en perte d’autonomie. Notre handicap est acquis. Nous pensons que notre degré de dépendance est le maximum de ce que Mobicap peut intégrer dans cette résidence. Elle est plus adaptée aux seniors en perte d’autonomie.  »

Une téléassistance ainsi qu’une conciergerie dématérialisée sont proposées aux résidants par Mobicap. «  Nous ne l’utilisons pas car nous ne connaissons encore personne ici et mes parents sont à Berck-sur-Mer (Pas-de-Calais). Et ça ne remplacera jamais un gardien  », ajoute Aurélie Dechambre. Il y a aussi le volet financier : le F3 leur coûte «  1 400 euros charges comprises par mois  »… alors qu’ils touchent «  2 322 euros de revenus à deux  » (diverses allocations et la majoration pour la vie autonome).

Ils nuancent : «  Nous ne sommes pas en guerre contre Mobicap. Je pense qu’ils ont à cœur d’améliorer les choses. Ils sont au courant de notre volonté de quitter les lieux. » Pour trouver un «  grand F2 ou un petit F3 avec une douche à l’italienne et un accès PMR  » à Abbeville, les Dechambre ont sollicité la mairie et un bailleur social.

« Nous essuyons les plâtres » témoigne un voisin

Croisé à la sortie de la résidence, Jacques Brocail, un Axonais âgé de 68 ans, a posé ses valises dans un F2 à 980 euros charges comprises, le 20 octobre. Bien qu’il reconnaisse avoir « eu un frisson en voyant l’architecture qui n’était pas comme sur les photos », il est plus conciliant : « Il ne faut pas noircir le tableau ; nous essuyons les plâtres. » Il avoue aussi que son jugement vaut car son handicap n’est pas la même que ses voisins : « Je suis amputé de la jambe gauche mais j’ai toute mon autonomie. Je fais mes courses et mon ménage ; je n’ai pas besoin d’un auxiliaire de vie. » Jacques Brocail ne compte pas déménager : « Compte tenu de ma situation, je m’y sens bien. »

Le président de Mobicap : « Nous faisons de gros efforts »

Christophe Clamageran, président de Mobicap qui avait fait visiter les lieux aux élus locaux en mai 2021, entend les remarques et les assume : «  Notre société prestataire de services a eu des problèmes de recrutement. Ils sont en passe d’être stabilisés car ils ont trouvé quelqu’un. Sur le bail, il est précisé que la présence humaine est de quatre heures par jour. La permanence 24 heures sur 24 est un mix d’humain et de digital. Nous nous sommes peut-être trompés sur la conciergerie dématérialisée : elle n’est pas utilisée par les locataires. Nous n’avons eu que deux appels. Il faudra peut-être augmenter les heures de présence humaine ; ce que je peux comprendre. Nous faisons de gros efforts. Abbeville est notre première résidence ; nous avons tout intérêt à ce qu’elle marche.  » Il rappelle que Mobicap n’est «  pas une résidence seniors services ; le prix n’est pas le même. »

Selon Christophe Clamageran, huit des 32 logements sont loués. Quatre seront occupés « en février et mars. Nous avons beaucoup de contacts pour les autres. Un commercial sera bientôt présent deux jours par semaine dans l’appartement témoin pendant plusieurs mois. Même si ce n’est pas son travail, il s’attachera à résoudre les problèmes du démarrage et sera une présence supplémentaire pour les locataires. »

Mobicap continue son développement au niveau national. Des résidences vont ouvrir à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) et Louviers (Eure) prochainement. 32 autres sont en chantier d’après le président. »

Article original d’Alexandra Mauviel à retrouver ici

Suite à l’article publié par le Courrier Picard, la chaine locale WEO a souhaité faire un sujet sur nous.

https://www.weo.fr/video/abbeville-une-residence-pas-si-adaptee-au-handicap/

Nous tenons à apporter quelques précisions et à partager notre ressenti:

À la base, le concept novateur de Mobicap nous enchantait. L’idée d’avoir un appartement autonome, avec une agence d’auxiliaire de vie implantée au sein de l’immeuble et une permanence 24h24 (cf. première plaquette commerciale de Mobicap, reçue en aûot 2020), nous a séduit. C’était la solution pour nous. Cela nous promettait d’avoir de l’aide en cas d’urgence ou d’absences de l’auxiliaire de vie. Nous pensions enfin pouvoir souffler de ce côté-là. Afin de bénéficier de ces services, nous étions prêts à assumer un loyer élevé. Conscients, que nous allions devoir essayer les plâtres d’une résidence neuve, nous étions plutôt fiers d’être les premiers locataires de Mobicap. Cependant, petit à petit le discours a changé, devenant très flou au niveau des services, au sujet de la permanence.

Je reconnais à présent, avoir eu tort de signer notre bail dans ce contexte. Aujourd’hui, nous avons l’impression de s’être faits avoir. Pour ma part, je culpabilise un peu. Moralement, c’est compliqué ! Toutefois, nous relativisons, car nous avons la chance d’avoir un toit sur la tête, et beaucoup de soutien (notamment nos proches et des élus de la commune). Les habitants d’Abbeville sont très chaleureux et nous ne regrettons pas d’avoir changé de région.

À ce jour, les 4 heures de permanence annoncées dans l’article, ne figurent pas dans notre bail. A contrario, les heures de ménage, elles le sont, mais n’ont pas commencées. Tous les mois, elles sont reportées au mois suivant, tout comme l’ouverture de l’agence d’auxiliaire de vie et la mise en place d’une éventuelle permanence. La situation sanitaire tombe à point nommé… Les 3 heures d’auxiliaires de vie que nous avons par jour, n’ont rien à voir avec cette fameuse permanence. Nous avions déjà ce dispositif à Orléans. . Seules la domotique, les services dématérialisés, (dont personne ne se sert) et la téléassistance basée à Rennes, sont opérationnelles, mais encore en rodage donc ne fonctionnent pas toujours très bien. Nous n’avons aucun intérêt à rester dans ce logement.

Malgré tout, nous reconnaissons les efforts de Mobicap. Cependant, il n’en reste pas moins que la réalité ne correspond pas à ce qui nous avait été annoncé. De nombreux points, demeurent à régler. Déçus, nous n’attendons plus rien de leur part. Si les choses s’arrangent tant mieux, mais la confiance et l’optimisme n’y sont plus. C’est pourquoi, nous espérons trouver un autre logement accessible, dans un délai convenable, mais savons qu’il va nous falloir nous armer de patience.

Brochure commerciale Mobicap reçue en Aout 2020.

Merci à tous de votre soutien, prenez soin de vous.

Publié dans Bulles "pensées du jour"

Journée internationale du merci

Un petit mot de cinq lettres , qui coule sur la langue et se termine par un sifflement.
Un mot qui adouci la vie. Un mot, si simple et pourtant, si difficile à dire…

Ce soir, j’ai une nouvelle fois envie, de dire merci aux soignants et à toutes ces personnes, qui se trouvent en première ligne, de cette interminable pandémie de Covid19 .

J’ai envie de dire merci à la vie, pour tout ce qu’elle m’apporte.
J’ai envie de dire merci à mes proches pour tout l’amour qu’ils me donnent.

Prendre le temps de dire merci fait tout simplement, du bien.
Enfin, je vous le dis, à vous qui croisez mon chemin, à vous qui sur la toile, partagez un peu de ma vie.
Ne gardons plus jamais ce joli mot en nous, partageons-le avec tous ceux qui nous entourent. N’ayons plus peur de le prononcer. La gratitude change tout.

© Aurélie Dechambre

Publié dans Bulles "pensées du jour"

Hello 2022

La porte de 2021 s’est définitivement fermée. Pour grand nombre d’entre nous, cette année a été difficile. 2022, nous ouvre à présent ses bras ,amenant avec elle, son lot d’espoirs et d’incertitudes… Traditionnellement, une nouvelle année s’accompagne de nouvelles résolutions, de nouveaux souhaits. Cependant, nous devons bien admettre que ce “bonne année!” est un peu machinal , et manque ,un peu, d’originalité.

Pour être honnête, je n’aime pas cette période de l’année. L’absence de certains proches se fait sentir… Cependant, sur ce blog, c’est différent. Pour vous, qui me lisez depuis quelques années, j’aime prendre le temps de poser les mots.

C’est pourquoi, à l’aube de cette nouvelle année :

J’aimerais ne vous souhaiter que du meilleur bien évident, mais nous sommes bien conscients, que la vie est un chemin fragile, un parcours d’équilibre alternant des hauts et des bas, des joies et des peines, des naissances et des départs. Je vous souhaite d’être fort et entouré face à l’adversité, de garder foi en la vie, dans ces périodes où vous vous sentirez dériver. Je vous souhaite, d’être courageux pour affronter les deuils qui se trouveront immanquablement sur votre route, d’être consolé, écouté dans les moments plus délicats.

Je vous souhaite de l’amour et des éclats de rire, pour dissiper cette morosité , des moments doux, des câlins à n’en plus finir, de la bienveillance, une bonne santé et de l’humour surtout. Prenez soin de vous !

© Aurélie Dechambre

Publié dans Bulles "pensées du jour"

.Joyeuses fêtes de fin d’année.

Ces derniers temps, je n’ai forcement le cœur à l’écriture… Cependant, je tiens à prendre le temps de vous souhaiter de joyeuses fêtes de fin d’année.

Un Noël rempli de joie, d’espérance, de sourire et de chaleur humaine.
Que ces instants à venir, vous soient doux et riches d’amour.
En cette année, si particulière, prenez soin de vous et de vos proches.

© Aurélie Dechambre