Aux femmes Afghanes

La terreur envahit de nouveau l’Afghanistan,
Le chaos s’y installe insidieusement,
Kaboul, tu cries dans l’angoisse de tes nuits,
Tu t’endors aux mains de ton ennemi.
Qui t’as donc livrée sans combat ?
Aux défenseurs de la Charia.

Cette guerre, ce coup d’État,
Dans tes rues, sonne le glas,
D’une paix bien éphémère,
Et, ton peuple pleure de colère.

Que vont devenir toutes ces femmes ?
Condamnées à se cacher et à verser leurs larmes,
Que vont devenir ces fillettes, ces enfants,
Dont l’insouciance s’éteint si brutalement,
Ont-elles encore le droit de rêver d’avenir,
Alors même, qu’ils leur interdisent de sourire.

Agissons, pour que toutes ces petites âmes,
Perdues au milieu de ce vacarme,
Puissent enfin apercevoir,
Une véritable lueur de paix et d’espoir.

©️Aurélie Dechambre

Carpe diem

Lâchons prise l’espace d’un instant,
Laissons nos pensées s’évader au gré du vent,
Ne nous soucions plus du temps qui passe,
Afin que s’estompent toutes nos angoisses.

Posons nos lourds fardeaux et contemplons le monde,
Celui de ces nuées mouvantes dans le ciel,
De ces enfants dansant dans la ronde,
Extasions-nous devant la beauté éphémère d’un arc-en-ciel !

À force de courir, on perd un peu sa route,
Celle, du vrai, des bonheurs simples et des saisons,
Une odeur de café, de fleurs coupées ou toutes,
Les senteurs d’hier nous reviennent à foison.

Hélas le temps, de nos êtres chers, nous éloigne !
Il faut capter l’instant le nourrir,
De tant de souvenirs dont les chemins témoignent,
Et ne cessent jamais, de nous offrir.

Carpe diem et lâcher prise,
Sereinement, les mots se poétisent,
Et se récitent au présent,
Là, Ici et maintenant.

©️Aurélie Dechambre



Non à la cyber violence

Mais qu’a-t-elle donc dans la tête
Cette Génération Internet ?
Absorbée par ce monde digital,
Qui empiète sur son espace vital,
Qui trop souvent lui est fatal,
Cette recherche de likes à tout prix,
Peut, brutalement, lui ôter la vie.

Oui parfois, les réseaux sociaux tuent,
A coup de mésententes,
De mots superflus,
Pour certains, la toile devient, un fléau,
Provoquant d’irréparables maux…

Alors, protégeons nos adolescents,
Apprenons-leur d’autres valeurs,
Mettons-les, en garde contre les écrans,
Avant qu’il n’arrive malheur.

©️Aurélie Dechambre

A Alisha (14 ans), Aymen (15 ans), Marjorie (17 ans) et tous les autres.

Le fil de la vie

Sur le fil de la vie,
J’ avance en équilibre,
Le corps parfois fébrile,
Mais le cœur toujours libre.

Sur le fil de la vie,
Lorsque mes nuits se font blanches,
Inlassablement, ma plume s’épanche,
Les mots déferlent telle une avalanche,
Et noircissent cette page blanche.


Sur le fil de la vie,
J’écris sur tout et n’importe quoi,
Mes nombreux combats et toutes mes joies,
Afin de m’apaiser l’esprit.

©Aurélie Dechambre

Joyeuses Pâques

Fêtes de Pâques, fête de l’Esperance ,
Jour de joie, jour de lumière.
Où tous les chrétiens de la terre,
S’unissent en une seule prière,
La plénitude de leur Foi,
Allège leur chemin de croix .
Et donne sens à leur vie.
Jour de fête , jour béni.

Notre monde a tant besoin d’amour,
Notre société a soif de bienveillance,
En ce jour , de fête semons sur notre parcours,
Des petites graines de partage et de tolérance.

©Aurélie Dechambre

Petite poupée désarticulée

Je suis une petite marionnette,
Disloquée, par le temps et les années,
Emmêlés dans mes cordelettes,
Mes membres peinent à fonctionner.

Je suis une poupée épuisée,
Au corps bien déformé,
Mes articulations sont si rouillées,
Qu’elles vont finir par se briser.

Je suis une marionnette handicapée,
À la raideur musculaire exacerbée,
Une poupée désarticulée,
Qui n’a jamais pu marcher,
Mais qui malgré ses deux pathologies,
Ne cesse jamais de croire en la vie.

©Aurélie Dechambre

Cinq ans sur la blogosphère

Ce soir, je viens vous dire, sincèrement merci,
Il y a cinq ans, je créais dans « la bulle d’Aurélie »,
Ici, je partage avec vous, la douceur de mes poésies,
Parfois, mes coups de sang aussi,
J’aime me souvenir de toutes ces chances,
Que la vie nous offre, en abondance,
Merci de votre présence,.

Face aux nombreuses montagnes à gravir,
Avec sincérité, je me livre,
L’écriture, m’aide à extérioriser ma douleur,
Celle que je tais, souvent, par bien trop de pudeur.

Je laisse couler les mots,
Pour éloigner les maux,
Ma plume s’épanche sur le papier,
Lorsque, mon handicap devient trop lourd à porter,
Mes émotions, trop fortes à supporter.

©Aurélie Dechambre



Je rêve d’un monde…

Je rêve d’un monde,
Où cette pandémie ne sèmerait plus la zizanie,
Où nous pourrions revoir nos proches et nos amis,
Pour de nouveau partager les plaisirs simples de la vie.

Je rêve d’un monde,
Aux mille éclats de rire,
Où la haine ne serait qu’un mauvais souvenir,
Où l’amour régnerait en maître,
Où la paix serait la reine de la fête.

Je rêve d’un monde,
Où les cœurs battraient à l’unisson,
Où le soleil brillerait en toute saison,
Où la souffrance n’existerait plus,
Où la tolérance redeviendrait notre unique vertu.

©Aurélie Dechambre

La poésie à l’heure du covid19

Laisser une trace de cet hiver si différent,
Oublier le temps,
L’espace d’un instant.
S’inviter dans autre univers,
S’isoler dans une bulle éphémère,
La poésie ouvre son âme,
Elle délivre par ses mots ses états d’âme,
Ses pensées les plus vraies,
Les plus intimes et les plus sages.
Elle invite à la lire,
L’esprit paisible, le cœur libre.
Elle atténue les incertitudes à venir.

© Aurélie Dechambre,