Wake up and live

En définitive, la vie nous laisse toujours  deux choix : emprunter le chemin de la responsabilité ou emprunter celui de la facilité.


« Ce n’est pas de ma faute, je n’y suis pour rien. » Soyons honnêtes, cette phrase nous l’avons tous prononcé un jour ou l’autre.
Le chemin de la Facilité, nous permet de rester dans notre zone de confort. Il nous conforte dans notre rôle de victime. C’est toujours plus facile de rejeter la faute sur les autres, plutôt que d’assumer sa part de responsabilité.

Même si le chemin de la facilité est plus rassurant, plus confortable, il demeure malgré tout dangereux. À force de l’emprunter nous devenons spectateurs de nos vies et nous risquons de passer à côté.


A contrario, prendre le chemin de la responsabilité nous permet d’assumer sans esquive tout ce qui se passe dans notre quotidien. C’est aussi et surtout l’occasion d’arrêter de jouer les « Caliméro ». Les autres ne sont pas responsables de tout ce qui nous arrive.
Emprunter ce chemin demande du temps et du courage, car il nous oblige à la plus grande honnêteté envers nous-même. Il engendre souvent une profonde remise en question.


À partir du moment où je choisis le chemin de la responsabilité, je deviens actrice de mon existence. Je ne subis plus ma vie, je la vis.

Je suis responsable de ce que je te dis, pas de ce que tu veux entendre.

Je suis responsable de mes actes, pas des tiens.
Je suis responsable de mes choix, pas des tiens.

Je suis responsable de l’amour que je t’offre, pas de celui que tu veux recevoir.
Je suis responsable de ma vie, pas de la tienne.
© Aurélie Dechambre, le 31 mai 2018. Tous droits réservés.

wake (1)

La magie de l’instant présent

Parfois, notre quotidien se teinte de couleurs sombres, la fatigue prend le dessus. Des angoisses profondes ressurgissent, les insomnies s’installent. Dans ces moments-là, nous nous imaginons les pires ses scénarios, et il est alors difficile de lâcher-prise. Il y a les grands drames de la vie, les deuils à faire, les blessures à panser, les problèmes matériels à surmonter.
Et soudain au milieu du joyeux bordel de l’existence, il y a un moment magique, une parole, un paysage qui nous apaise. Un arrêt sur image pendant lequel le temps s’arrête. Un moment où, nous savourons l’instant présent. Un moment pendant lequel les soucis s’évaporent. Un instant qui nous appartient et grâce auquel, nous nous autorisons à lâcher-prise.

©Aurelie Dechambre le 29 avril 2018
Tous droits réservés.

loire 2

 

 

Step by Step

Le chemin de la Vie est  parfois tortueux, qu’importe la pluie ou les orages, l’important c’est d’avancer! Un pas après l’autre et tant pis si la route est longue.

Merci à ceux et celles qui m’aident et qui me soutiennent quand je flanche.
Merci à ceux et celles qui sèchent mes larmes lorsque je pleure.
Merci à ceux et à celles qui m’indiquent le chemin quand je me perds.
Merci à la vie…

Récemment, j’ai compris que je ne pouvais pas aider ceux qui ne veulent pas être aidés.
J’ai compris qu’il fallait cesser de demander de l’aide à ceux qui ne sont pas prêts à soutenir!
Maintenant que j’ai compris cela, je reprends mon chemin de manière  plus sereine.
© Aurélie Dechambre, le 30 mars 2018 – Tous droits réservés.

step

Enjoy the little things

Apprécier  l’instant présent. Accepter ce qui se présente.

Apprécier la vie, sa routine parfois ennuyeuse mais rassurante, ses bons et ses mauvais moments .

Apprécier le temps qui défile, le film des souvenirs à venir.

Apprécier le silence aussi, prendre le temps de l’écouter. Apprendre à se taire.

Apprécier ce que l’on  donne et ce que l’on reçoit. En saisir l’essentiel, l’essence de ce qui est.

Apprécier  la  chance et les opportunités que la vie nous offre.

©Aurélie Dechambre, le 12.03.2018

– Tous droits réservés

enjoy

Le bonheur se cultive

Tel un grand jardin, le bonheur se cultive avec patience et amour.
Tous les jours, il nous faut l’arroser,  l’entretenir, en prendre soin.
Mais, le bonheur vient avant tout de l’intérieur et non de l’extérieur.
Il ne dépend pas de ce que nous avons mais bel et bien de ce que nous sommes.
Alors, chaque jour cultivons notre bonheur et décidons de ce que nous voulons « être » et non ce que nous voulons « avoir ».

 

Aurélie Dechambre, le 25 février2018. Tous droits réservés.

cultivons(1)

 

 

 

Prendre la vie, comme elle vient.

 

Nous prévoyons des choses, nous construisons des projets, mais régulièrement les aléas de la vie viennent bouleverse notre organisation. Il y a toujours des impondérables que nous ne pouvons pas maîtriser.
Face à ces imprévus nous avons deux choix :
Nous pouvons soit, nous révolter, en vouloir à la terre entière, chercher un coupable ou une explication à tout prix… Ou bien, nous pouvons accepter la situation telle qu’elle se présente. Accepter que nous n’avons pas toujours le contrôle, que nous devons lâcher prise.
Moi-même, j’ai dépensé beaucoup d’énergie à essayer de résoudre des problèmes insolubles. Je me suis épuisée, pour des situations qui n’en valaient pas la peine. Aujourd’hui, j’en ai parfaitement consciente et même si cela me demande un gros travail, j’essaie de lâcher-prise sur ce qui m’affecte.
Avec le temps, j’apprends à laisser partir, à faire mes deuils. J’apprends à vivre avec une maladie chronique, loin ceux que j’aime. J’apprends à accepter, les rendez-vous annulés et les changements de dernière minute. Au final, j’accepte que ma vie soit différente.
Prendre les choses comme elles viennent, c’est aussi faire confiance à la vie. Il est parfois bon de la laisser faire,  de se laisser guider.

©Aurélie Dechambre, le 20 février 2018.Tous droits réservés.

 

LAC

La beauté de la vie

Mère Térésa disait  » La vie est beauté. Admire-la »

Au cœur nos expériences les plus douloureuses se loge la possibilité de croire en la beauté de la vie, en l’Amour, et en l’espérance. À chaque instant, nous décidons de voir ou non la beauté des choses. Nous pouvons toujours, nous émerveiller d’un tout petit rien, qui nous redonne le sourire. Lorsque nous y parvenons, les épreuves de la vie, nous paraissent moins pénibles.

©Aurélie Dechambre, le 11 février 2018. Tous droits réservés.

La-vie-est-beauté