Mon premier recueil, Textes sur l'actualité

Paris pleure

Terrassée par l’horreur…
Il ne reste que les pleurs et la douleur…
Tuer pour une sortie ?
Attentats à la Liberté, attentats à la vie, attentats horreur…
Je pense à ceux qui sont tombés sous les balles, aux victimes de cet acte lâche et imbécile…
Je pense également à toi qui as ouvert ta porte et secouru ton frère humain, toi qui vis dans l’angoisse d’avoir un proche à l’hôpital, ou disparu…
Je pense fort aussi à toi qui es trop loin et que je voudrais pouvoir prendre dans mes bras…
Écrire pour ne jamais oublier…
Écrire pour ne pas céder à la peur, notre pays pleure…
Jeunesse qui ne demandait qu’à vivre…
Ce monde devient bateau ivre.
Attentats à la Liberté, attentats à la vie, attentats horreur…
(Poème écrit le 14 novembre 2015 en hommage aux victimes des attentats de Paris)

paris
Mes poésies, Textes sur l'actualité

Marseille

Marseille s’éveille dans la terreur,
Nouvel attentat à la vie, attentat horreur,
La jeunesse touchée en plein cœur,
Deux destins  brisés,
Cette folie ne s’arrêtera jamais…
Ils frappent sans aucune raison,
Le monde ne tourne décidément pas rond,
Quelle fanatique déraison.

(Hommage aux deux victimes, de l’attaque du 1er Octobre 2017.)
©Aurélie Dechambre,2 Octobre 2017.

Marseille
Photo prise sur le net
Textes sur l'actualité

Fanatique déraison !

Ils ont encore frappé,

Cette fois-ci sur nos champs Élysées,

Lieu symbolique de notre liberté,

Cette folie ne s’arrêtera donc, jamais…

Un policier tué dans l’exercice de ses fonctions

Décédé, pour avoir voulu protéger la nation,

Un père de famille abattu sans aucune raison,

Elle n’en finira donc jamais,

Cette fanatique déraison !

(Hommage aux victimes de l’attentat des Champs Élysées.)

© Aurélie Dechambre

paris
Textes sur l'actualité

Chère communication

Chère communication,
Oh toi, que  j’ai  tant vénérée… Où es tu ? Que deviens-tu ?  Toi pour  qui  j’ai sacrifié cinq années universitaires.  Avec mes camarades, nous t’avons étudiée sous toutes les  coutures. De l’utopie de la communication, en passant par l’Histoire de la communication et des médias, pour terminer par un mémoire qui parlait encore de toi : « L’émergence de la presse gratuite : nouveau moyen de communication ? »Tu étais le centre de  toutes nos préoccupations.  Des discussions  qui nous animaient pendant des heures. Celles qui débouchaient sur de vraies relations humaines… Nous pensions, bouffionsdormions communication… Au fil du temps, tu es devenue plus virtuelle, cela est certes, pratique, je l’avoue… Mais ce virtuel est parfois  bien cruel.
Je m’explique : Aujourd’hui, sans Internet, tu ne communiques plus ou peu.  Tout se passe derrière l’écran, et tu ne vois plus les gens. Tu t’isoles petit à petit, sans même t’en rendre compte.
Effectivement,sur Facebook ou twetter, tu as 5000 amis… Cependant, combien en as-tu réellement ? Je parle des vrais…De ceux, qui répondent toujours présents.  Avec eux, comment communiques-tu ? Sur Facebook ,un SMS, par-ci, par là ? Prends-tu sincèrement  le temps de prendre de leurs  nouvelles ? Parviens-tu à approfondir ces relations ?
À mon sens, chère communication virtuelle, tu engendres une diminution des contacts, un changement dans l’interaction humaine….
Par exemple, un message écrit, envoyé trop rapidement, peut-être mal interprété…Une situation de communication se transforme alors, en une situation de non-communication… Sur la toile, tout n’est pas bon à dire, il faut savoir cultiver son jardin secret.  Par ailleurs, Les SMS sont, certes,  plus pratiques et beaucoup moins coûteux que nos veilles conversations téléphoniques d’autrefois…
A contrario, toi la communication virtuelle, tu as aussi tes bons côtés : tu rapproches les gens (géographiquement) éloignés, tu nous  fais gagner un temps considérable. Les mails ont remplacé l’encre et les papiers… Ils donnent une forme d’autonomie à certaines personnes, mais Internet en exclut d’autres. Pour finir,  tu nous fais économiser de l’argent.
Mais bon… à quoi bon, économiser si  nous ne prenons  plus le temps de communiquer, d’aller boire un verre entre amis… De vraiment partager…

Il y a des jours où je voudrais te retrouver… Retrouver l’intensité de nos échanges d’étudiants… Retrouver le sens premier du mot COMMUNICATION.
Aurélie Dechambre 10 Janvier 2017.(T
com.png